octobre 29, 2020

Pourquoi préférer les tisanes aux huiles essentielles

article de Florent Cavaler
Pourquoi préférer les tisanes aux huiles essentielles:
(3 avantages majeurs)
L’efficacité des plantes est validée par plus de 35 000 ans d’expérimentations.C’est la grande force des approches naturelles, et c’est pour cette raison que les études scientifiques actuelles valident aussi souvent les utilisations traditionnelles des plantes.
« Chaque jour je cueille du thym et de la verveine que je fais en tisane. J’ajoute de la sarriette et/ou de la mélisse et/ou de la sauge et parfois une plante séchée… Je bois la moitié, plus ou moins, et je garde le reste pour la suite de la journée dans une bouteille thermos, bien au chaud. Quand j’ai mis « trop » de plantes, je garde dans la théière et je reverse de l’eau pour la tisane du lendemain. Les invariantes sont le thym et la verveine que je consomme depuis des années au quotidien et je me porte à merveille…!!! »
Béatrice H.*

« Mes chevilles et mes mollets étaient très enflés suite à une insuffisance veineuse, à cause de la chaleur. Les bains de pieds, les douches, les enveloppements mouillés, sans oublier de surélever les jambes tous les soirs en plus d’appliquer une crème, n’étaient pas suffisants. J’ai acheté des tisanes de vigne rouge (en sachets), et là tous les matins, mes jambes étaient normales le matin. »Martine B.*

« Je bois de la tisane une ou deux fois par jour. Le jour, de l’ortie. Le soir, de la prêle (fraîchement cueillie ou séchée), de la camomille ou un mélange pour dormir. Pour la digestion: de l’agastache avec de la menthe poivrée, fraîchement cueillies. Ou un mélange que je fais avec plusieurs plantes comme aneth, fenouil, cumin, etc… En cas de refroidissement et de maux de gorge , je prends du sureau (difficile à trouver ici malgré que nous ayons beaucoup de ces arbustes). J’ai plusieurs autres tisanes dans mes armoires (tilleul, verveine, gingembre, fruits, etc…) mais j’ai tendance à toujours revenir aux mêmes. Dans tous les cas, elles me font le plus grand bien.  »Philippe E.*

« Depuis des années, je consomme des tisanes plusieurs fois par jour. Mon mélange petit-déjeuner est fait de verveine, thym, menthe et sauges fraîches de mon jardin. Je me repose aussi beaucoup sur des tisanes gingembre-curcuma-citronnelle pour me réchauffer et plusieurs autres mélanges en fin de journée pour aider la digestion: fenouil, menthe, ortie, pissenlit; pour aider l’endormissement: camomille, valériane, fleur d’oranger, chicorée, cardamome. »Annick M.*

D’autres personnes, en revanche, estiment que les tisanes sont surtout des produits « bien-être », et préfèrent se tourner vers des approches plus « sérieuses » comme les huiles essentielles et les compléments alimentaires.
Aujourd’hui, je vais donc m’attaquer à une idée reçue tenace.L’idée que les tisanes seraient moins efficaces que les produits plus concentrés comme les huiles essentielles ou les extraits en gélule.

Les 3 avantages majeurs des tisanes
En réalité, les tisanes sont bien plus que des boissons bien-être. Ce sont des solutions à la pointe de nos connaissances scientifiques. Leurs effets sont d’ailleurs validés chaque jour par des dizaines d’études. J’ose même affirmer qu’elles représentent l’avenir de notre système de santé, plus encore que les compléments et les huiles essentielles.
Pourquoi ?Parce qu’elles ont, à mon avis, au moins trois avantages majeurs sur les autres approches basées sur les plantes.

N°1 : Le tout est supérieur à la somme des parties
La grande différence entre la tisane et la plupart des autres produits à base de plantes, c’est que celle-ci est faite à partir de la totalité de la plante, ce que les phytothérapeutes appellent « le totum ».
Je m’explique.Pour fabriquer des huiles essentielles, on distille la plante. Cela permet d’extraire l’essence végétale de la plante, c’est-à-dire uniquement ses composés aromatiques volatils (les molécules odorantes). Quant aux compléments alimentaires, ils ne contiennent souvent que certains principes actifs connus pour leurs bienfaits, et non le totum de la plante. Par exemple la curcumine plutôt que le curcuma. On essaie ainsi de tirer un maximum de leurs principes actifs…Et c’est un grand avantage !Car c’est ce qui permet d’en tirer des bienfaits aussi globaux : on conserve la logique de la plante, et on démultiplie ainsi l’action des principes actifs.
Dans chaque plante, la nature crée des synergies subtiles et complexes que nous ne pourrons jamais imiter en isolant deux ou trois principes actifs dans une gélule. C’est comme si 1+1 était égal à 3 : le tout est supérieur à la somme des parties.

Jean-Marie Pelt, pharmacien et botaniste français, a par exemple démontré qu’un principe actif isolé pourrait être dix fois moins efficace que si on l’associait à une autre molécule qui était pourtant considérée comme « non-active ». Il a mené l’expérience avec la cynarine et la cynaropicrine de l’artichaut, et a découvert que l’utilisation de la plante dans son intégralité serait 10 fois plus efficace que le principe actif seul[1].C’est ce qu’on appelle l’associativité, et c’est un des gros points forts de la tisane.

N°2 : De la nature à l’état pur (zéro transformation)
Les compléments alimentaires sont souvent conçus à partir d’extraits secs qu’on obtient grâce à des procédés industriels… Le problème, c’est que ce procédé dénature la plante. Le produit final n’a plus grand-chose à voir avec la plante d’origine. Finalement, le complément est à la plante ce que les frites sont à la pomme de terre. J’exagère un peu, bien sûr. Mais il faut comprendre que votre gélule de complément alimentaire n’existe pas telle quelle dans la nature, contrairement à la plante que vous mettez dans votre tasse. C’est un produit transformé. Et notre organisme, habitué aux plantes depuis des milliers d’années, n’est pas forcément conçu pour assimiler des substances sous des formes modifiées, isolées et concentrées.
Bien sûr, je ne dis pas ça pour critiquer les compléments alimentaires. Ce sont des solutions excellentes pour la santé, et je les recommande régulièrement dans mes lettres, ou même à mes amis. Mais avec la tisane, on reste au plus proche de la nature dans sa pureté originelle. C’est donc une manière de se reconnecter à la nature, et c’est surtout une technique puissante pour profiter pleinement des propriétés des plantes. On a tendance à l’oublier, mais l’eau est un excellent conducteur pour amener les principes actifs de la plante au cœur des cellules. C’est le moyen le plus simple, le plus naturel et probablement le plus ancien du monde.

N°3 : Des effets puissants avec très peu de contre-indications
Le troisième avantage des tisanes, c’est qu’elles sont généralement très bien tolérées. Il existe des contre-indications avec certaines plantes, mais les effets secondaires sont beaucoup plus rares qu’avec les huiles essentielles ou les compléments[2].C’est pour cela que certaines plantes, comme l’absinthe ou l’hysope, sont interdites au public sous forme d’huiles essentielles (car neurotoxiques), alors qu’elles sont autorisées en tisane[3][4]. Je vois plusieurs raisons possibles à cela[5][6] : Les tisanes sont moins concentrées en principes actifs, et seraient donc mieux tolérées par l’organisme. Grâce au totum de la plante, il y aurait un équilibre entre les différentes forces et faiblesses des composés. Par exemple, une molécule isolée pourrait être agressive pour l’estomac alors qu’elle l’est moins, voire plus du tout, lorsqu’elle est associée à d’autres molécules. Notre organisme est adapté depuis des milliers d’années à ces plantes consommées « pures », le risque d’intolérance serait donc plus faible.La bonne nouvelle, c’est que de nombreuses tisanes peuvent être proposées à toute la population sans risque d’effet secondaire notoire. Cela permet aussi de prendre des tisanes sur une durée plus longue, pour avoir des effets profonds sur le long terme. Automne : les plantes que vous devriez privilégier Pour se préparer aux changements de saisons, certains naturopathes conseillent de prendre un mélange pendant deux à trois semaines, à plusieurs moments de l’année. Cela permettrait de fortifier son organisme pour préserver sa santé au fil de l’année. Par exemple en automne, on commence par s’occuper du stress, pour rééquilibrer les systèmes de régulation : le nerf, les hormones… Je pense notamment à des plantes aux effets relaxants, comme la passiflore ou l’ oranger bigaradier. Et si on veut être efficace, dans un second temps, il faudrait aussi agir sur le système immunitaire, notamment avec le thym, qui aide à combattre les refroidissements, ainsi que sur les voies respiratoires, par exemple avec le lierre terrestre. Je vous en reparlerai plus en détail dans un prochain message.Vendredi, je vous montrerai pourquoi la plupart des tisanes qu’on trouve au supermarché (y compris bio) ne sont pas intéressantes pour la santé. Je vous présenterai aussi les techniques traditionnelles pour préparer une tisane sans dénaturer la plante.À bientôt ! Amicalement,Florent Cavaler

Florent Cavaler est le rédacteur de PureSanté et journaliste professionnel spécialisé dans la santé naturelle. Dans ce métier, on accumule en permanence les documents, les papiers, les dossiers inédits ; on les pose sur un coin de son bureau …
Avec son équipe, il classe ainsi depuis des années tout ce qui se publie sur la nutrition, le bien-être, les maladies bégnines ou graves, la santé du corps, celle de l’esprit et tous les fascinants défis lancés quotidiennement à la science.
Sources : [1] Jean-Marie Pelt, La Médecine par les plantes, Fayard, 2014.[2] Dr Laurent Chevalier, Plantes : tisanes, comprimés ou huiles essentielles ?, France 5, décembre 2010.[3] Dr Jean-Michel Morel, article « Huile essentielle », WikiPhyto.[4] Angie, Les huiles essentielles interdites à la vente, Aromattitude, novembre 2008.[5] Christophe Bernard dans TOTUM (PLANTE ENTIÈRE) CONTRE CONSTITUANT ACTIF : QUI L’EMPORTE ?, AltheaProvence, octobre 2020.[6] Des principes actifs au totum de la plante, PileJe.
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *