août 14, 2020

Masque en tissu, histoire, faits & croyances

S’ils sont efficaces selon plusieurs infectiologues pour éviter la dispersion et la portée des gouttelettes lors d’éternuements, de postillons, ou de toux, ces masques ne protègent pas les gens contre l’exposition aux gouttelettes d’autrui. Ils empêchent de toucher sa bouche et son nez et agissent comme un rappel de ne pas toucher son visage avec ses mains

Un peu d’histoire

Les masques en tissu ont été utilisé durant la pandémie de grippe espagnole de 1918 en Amérique du Nord et en Chine en 2003 lors de l’épidémie de SRAS. Ils fonctionnent pour les grosses molécules mais par pour la dissémination du virus par les fines particules (transmission par aerosols)

Si l’accessibilité aux masques chirurgicaux ou de procédure était insuffisante ou compromise il faudrait envisager de fabriquer des masques en tissu, indique la Santé Publique

lire ici le document sur les masques de l’Institut national de santé publique du Québec

En France Les infectiologues mentionnent que c’est certainement mieux que rien pour le public (pas pour les soignants), mais ils rappellent de toujours faire attention de maintenir les gestes-barrière.

Un masque en tissu ne possède aucune certification ou approbation de l’Institut national de la santé publique, mais compte tenu de la pénurie, il serait mieux d’en avoir un que de n’avoir aucune protection selon certains. Si il permet de limiter la projection de vos gouttelettes vers autrui, attention au sentiment de fausse sécurité… Il faut continuer d’appliquer les gestes-barrière de lavage des mains, des surfaces et de la distanciation et de ne pas mettre ses mains au visage. Ce n’est pas un dispositif médical, attention, c’est juste la première barrière qui va vous protéger des projections de gouttelettes et qui va éviter les contacts main-bouche .

Extrait d’article Les masques : vérités et rumeurs expliquées par le CHU Grenoble Alpes

 »Le CHU (Grenobles, Alpes, France) a ainsi mis à disposition de ses soignants une procédure afin de les guider s’ils souhaitaient s’en fabriquer. « Mais en aucun cas nous ne leur demandons d’en faire. Nous avons des stocks suffisants. »

Le masque tissu est-il aussi efficace qu’un masque chirurgical ? « Olivier Épaulard, infectiologue répond « … c’est mieux que rien, cela nous semble même beaucoup mieux. Si nous en venions à connaître des tensions d’approvisionnement, il présenterait un réel intérêt. » Ces masques en tissu « peuvent également présenter un intérêt pour les personnels en ville (secteur socio-sanitaire) car là, des tensions existent. Ils peuvent aussi intéresser des commerçants en contact avec du public », estime Mme Leccia, présidente de la commission médicale d’établissement du CHU.

  »Les masques en tissu sont-ils vraiment utiles ?

Au Québec, le microbiologiste Dr Desjardins mentionne  »:…si un individu est infecté par un virus.

Ce genre de masque aide à empêcher la projection de gouttelettes (sur autrui). Toutefois, si le but est de se protéger soi-même, c’est une toute autre question

[Le masque] ne protège pas les yeux, la muqueuse, les mains. Ça peut donner un faux sens de sécurité. » souligne Marc Desjardins, microbiologiste

 » Une étude britannique de 2013 publiée dans le journal scientifique Disaster Medicine and Public Health Preparedness compare l’efficacité des masques chirurgicaux et des masques en tissu. Leurs conclusions suggèrent qu’un masque fait maison ne devrait être considéré qu’en dernier recours pour empêcher la transmission de gouttelettes par des personnes infectées, mais est mieux que pas de protection du tout ». Dans leur étude « le masque chirurgical s’est avéré 3 fois plus efficace pour bloquer la transmission que le masque fait maison ». Lire l’article


Extrait de l’article: Coronavirus : un médecin du CHU de Poitiers vous explique comment fabriquer vos propres masques en tissu Lire l’article

Il faut déjà rappeler que les masques faits à la maison ne s’adressent qu’à la population, pas au personnel soignant, qui doit disposer lui de masques chirurgicaux ou FFP2. Dès lors, peut-on se fier à ceux que l’on fabrique soi-même ?
« Faute d’études, on ne sait pas si le coronavirus survit longtemps sur les tissus », pointe Olivier Castel. En revanche, des tests sur la fiabilité des masques en tissu ont été menés pendant l’épidémie du SRAS, et ils sont encourageants : « une étude de 2008 montre une efficacité significative de ces masques faits main ».
Dans cette expérimentation, ces masques fabriqués à partir de torchons en coton sont deux fois moins efficaces que les masques chirurgicaux, mais « ils restent protecteurs par rapport à rien du tout, explique Olivier Castel. Il faut souligner la conclusion des chercheurs : ces masques ne souffriraient pas d’approvisionnement limité car on n’a pas besoin de ressources supplémentaire à grande échelle pour les fabriquer ». Ces masques peuvent jouer un rôle dans la baisse du nombre de personnes contaminées. » Lire l’article Coronavirus : un médecin du CHU de Poitiers vous explique comment fabriquer vos propres masques en tissu

Savoir utiliser son masque en tissu

L’Organisation Mondiale de la Santé souligne que « le masque n’est efficace que s’il est associé à un lavage des mains fréquent avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon ». Ensuite, le masque doit « recouvrir le nez et la bouche et veillez à l’ajuster au mieux sur votre visage », écrit l’OMS. Il ne faut absolument pas toucher le devant quand il est porté.

Encore faut-il savoir l’utiliser correctement. On ne le met que quelques heures,… « On ne le met que quand on sort, rappelle Olivier Castel du Chu , on l’enlève quand on rentre chez soi, en le prenant par les côtés et en évitant la bouche (ne pas toucher le devant). Il faut le glisser dans une poche plastique jusqu’à ce qu’il soit lavé. » (se relaver les mains ensuite). Le CHU de Grenoble recommande un lavage à 30 degré avec votre lessive habituelle. Il faut aussi que le masque soit correctement séché. « On peut également le repasser, la température va tuer le virus« , indique Olivier Castel.

À titre individuel, le port du masque en tissu n’est donc pas une protection absolue, mais c’est mieux que rien…

L’avis de l’OMS sur le port du masque :

Le site du gouvernement et celui de l’OMS recommandent l’usage de masque chirurgicaux n95 et FFP2 « pour les personnes malades symptomatiques pour éviter de diffuser la maladie par voie aérienne ».  Pour l’OMS, le port du masque n’est pas nécessaire si vous êtes en bonne santé. Vous ne devez utiliser un masque que si vous vous occupez d’une personne présumée infectée par le Coronavirus COVID-19, mais également si vous toussez ou éternuez.

Mode d’emploi pour porter un masque de protection :

  • Se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon avant de poser le masque.
  • Passer les élastiques derrière la tête, de part et d’autre des oreilles.
  • Appliquer le masque de façon à recouvrir le nez et la bouche.
  • Ajuster le masque
  • Lorsqu’il s’humidifie, le remplacer par un nouveau masque
  • Enlever le par l’arrière sans toucher le devant du masque et jetez-le dans une poubelle fermée puis lavez-vous les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.

Dans le cadre d’une politique de santé publique le port systématique est déconseillé pour éviter la pénurie de masque et garantir une protection aux soignants .  »À titre individuel, le port du masque n’est donc pas une protection absolue, mais il réduit les risques. En revanche dans le cadre d’une politique de santé publique le port systématique est déconseillé pour deux raisons: éviter la pénurie (et garantir une protection aux soignants) d’une part, et d’autre part car cela a peu d’impact sur la propagation du virus. En d’autres termes, vous vous protégez individuellement mais au prix de la collectivité. » lire l’article

Masque en tissu quand rien d’autre n’est plus disponible pour le public… Voir Video Italie

Rappel: aucun masque en tissu ne peut protéger adéquatement de la contamination au covid-19, et aucun masque quel qu’il soit ne peut protéger si son utilisation n’est pas accompagnée des gestes barrières …

PUBLICITÉ:

masque en tissu
spécial 15$/unité ici
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *